En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies











FLASH INFO

     Flash info

        

Mairie
La Croix Comtesse

16 rue des Chaumes
17330 - La Croix Comtesse
Tél.Fax : 05 46 24 60 52

la-croix-comtesse@mairie17.com

 

LA SIGNIFICATION DES NOMS DES LIEUX-DITS ET DES FIEFS

 Nous présentons les recherches effectuées il y a quelques années par M. James BAILLARGUET et le groupe « Sauve-mémoire » du Comité d’Animation du Canton de Loulay.

 Ci-dessous sont décrits tous les fiefs et lieux-dits connus des habitants, qu’ils soient situés sur le territoire de la commune de La Croix Comtesse ou bien sur ceux de Coivert, Vergné ou Villeneuve la Comtesse.

 L’ACHENAUD (commune de Coivert)

En patois, les « achenauds » désignent les tuiles creuses des toits et d’une manière générale, les conduits qui assurent l’écoulement de la pluie. Ce vallon assure effectivement l’écoulement des eaux par un ruisseau intermittent.

 L’ARDILLERES (commune de Villeneuve la Comtesse)

En vieux français, « ardille » signifie argile. Les toponymes « ardillaux » et « ardillères » désignent tous des terrains argileux.

 LES BARRES (commune de La Croix Comtesse)

En vieux français, « barre » signifie, en particulier, barrière, obstacle. Il pourrait s’agir d’un système de défense de la motte féodale, comme une enceinte de pieux.

 BOUTEROUX (commune de Villeneuve la Comtesse)

De « bouter » : chasser, repousser. Terrain argileux, mou par temps de pluie qui repousse et dévie les roues de leur passage normal. Devrait s’orthographier boute-roues.

LA BRETAGNE (commune de La Croix Comtesse)

François II de La Laurencie aurait reçu en 1585 du roi Henri III des renforts provenant des régiments de Bretagne et d’Anjou pour lutter contre les protestants. Ce fief pourrait être leur lieu de campement.

 LA BUTTE DU MOULIN (commune de La Croix Comtesse)

Ce nom évoque le moulin à vent dit « moulin à Verduret » construit par Alexandre Laverdure dont il ne reste qu’un petit monticule. Le « fié du moulin » était une zone de vignes.

 LA CASSE A BERTHOMÉ (commune de La Croix Comtesse)

Il s’agit d’un endroit humide, d’une mare, qui appartenait à un certain Berthomé dont le patronyme se retrouve au XVIIIème siècle dans la région. Par suite de l’assainissement, cette mare a disparu.

 CHEMIN DES VAINES (commune de Coivert)

On peut rattacher ce nom à la pratique de « vaine pâture » mais il ne semble pas qu’elle ait existé dans cette zone. Il vaut mieux comprendre « vaines » ou plutôt « veines » comme des petits ruisselets s’écoulant vers le fond du vallon.

FIEF DU CRIGNOLET (commune de Coivert)

La « crignole » est le fruit du crignollier ou cornouiller que l’on faisant mûrir en l’enfouissant dans les tas de blé. Ce lieu devait être propice à cet arbre qui pousse en lisière de bois. Au XVIIIème siècle une branche des de La Laurencie était seigneurs de l’Effort et de la Crignolée.

LE DÉSERT (commune de la Villeneuve la Comtesse)

Bien que la réforme ne se soit pas ancrée profondément dans la région de Loulay, il existait aux XVIIIème et XIXème siècles une communauté protestante vers Coivert/Le Vert. Ce fief, dans les bois, était peut-être un lieu de rassemblement au moment des Guerres de Religion.

 L’EFFORT (commune de Coivert)

Ancienne seigneurie appartenant à la famille de La Laurencie parente de celle de Villeneuve la Comtesse. Il est tentant de rapprocher « l’effort » de « fort » qui a désigné une motte castrale (proximité de celle de La Croix Comtesse) ou une enceinte. En vieux français, « effort » a le sens de forces, troupes ainsi qu’aide, secours. Il pourrait s’agir d’une défense avancée de Villeneuve.  

 LES ESSARTS (commune de La Croix Comtesse)

Emplacement de bois défrichés (essartés). Contrairement à certaines habitudes, l’orthographe correcte est « essarts » et non « essards ». (cf  le verbe essarter = défricher)

 FIEF DE LA MAISON NEUVE (commune de Coivert)

Les « maisons neuves » étaient des maisons construites par des colons à qui ont avait concédé des terrains incultes où à défricher.

 FIEF DE LA MOTTE (commune de La Croix Comtesse)

La motte désigne ici la motte féodale située au cœur du village de La Croix Comtesse. Ce fief représente près du quart du territoire de la commune qui  ne compte que 252 ha.

 FIEF DU CHÂTEAU (commune de Villeneuve la Comtesse)

Il s’agit bien sûr d’une terre de la chatellenie de Villeneuve, partie de la métairie de La Fondion qui en dépendait.

 FIEF SUCRÉ (commune de Coivert)

Il semble que « cré » ait été une déformation de « croix ». Ici le fief voisin au Nord et en contrebas s’appelle « la Croix ». L’origine pourrait être « sur Croix » c’est-à-dire au dessus de la croix.

 LA FONDION (commune de Villeneuve la Comtesse)

Ancienne métairie du château de Villeneuve la Comtesse dans un vallon. Doit son nom à une source (fons).

 LA FOSSE A TENDRON (commune de Villeneuve la Comtesse)

Ne semble pas une fosse naturelle. Pourrait être un trou d’extraction d’argile pour une poterie ou une tuilerie exploitées par un Tendron.

 LA LIGNATTE (commune de La Croix Comtesse)

La racine « lign » conduit vers « leigne » = bois. En vieux français, la « lignade » est une provision de bois. Les deux fiefs voisins « Les Essarts » confirment l’importance des bois dans cette zone.

 FIEF DE LORRAINE (commune de Villeneuve la Comtesse)

De même que nous avons rapproché le « Fief de Bretagne » d’une occupation militaire au XVIème siècle, on peut, en l’absence de traces fiables, s’orienter vers une origine similaire.

 MALVAU (commune de Vergné)

Etymologiquement : mauvaise vallée, soit par l’environnement de marais (paludisme), soit par les mauvaises récoltes que l’on pouvait en attendre. D’après une source locale, un réseau important de drainage y aurait été mis à jour.

LE PERON (commune de Vergné)

La racine « pé », « pey », « pié » signifie « colline ». Ici elle est d’un aspect rond.

 LES GRANDS PRÉS (commune de Vergné)

Par opposition aux prés de faible dimension que l’on ne pouvait pâturer que collectivement.

 PUITS DU CHÊNE (commune de Villeneuve la Comtesse)

Des sources locales donnent des origines différentes. On dit « pas (passage) dau châgne » et « pua (puits) dau châgne ». Un cave (souterrain ?) y existait ; elle aurait servi d’abri à des maquisards. Dans un puits proche on aurait jeté la cloche d’un village et chaque nuit à Noël on entendrait des chants et les tintements de cette cloche. Un veau d’or serait même caché dans les environs.

 LE RAMIGEAIL (commune de Villeneuve la Comtesse)

Favre cite : « ramigeau » = fourré impénétrable plein de ronces et de broussailles. La terminaison « ail » est d’origine poitevine.

 LA RIGEASSE (commune de Villeneuve la Comtesse)

En patois des Deux- Sèvres, la « rigée » est une bouture, un plant de vigne et l’influence de ce département est certaine ici. Le suffixe « asse » indique une certaine médiocrité de la qualité de ce qui serait aujourd’hui une pépinière.

 TERRES DE L’ÉGLISE (commune de La Croix Comtesse)

Terrains dont l’église ou plutôt la fabrique a les revenus.

 LES TOUCHES (commune de Coivert)

La « tosche » ou « touche » est, en vieux français, un bouquet d’arbres. C’était une réserve de bois de futaie entre les parties déboisées. A la différence de « forêt » qui était plutôt une réserve de chasse.

 LA VALLÉE MICHEL (commune de Villeneuve la Comtesse)

D’un patronyme

 VOLEBIERE/VOREBERE (commune de Villeneuve la Comtesse)

Origine obscure. Le cadastre napoléonien mentionne « Volbert ».

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                    

 

 

  

17001 visites
<Calendrier>
Avril 2017

a3w.fr © 2017 - Informations légales - lacroixcomtesse.monclocher.com